7 symptômes avant-coureurs d’une crise cardiaque ou infarctus

 In Uncategorized

 

50% des victimes ressentent certains signes peu de temps avant un infarctus. Dans ce cas, prévenir peut évidemment vous guérir mais aussi vous sauver la vie…

Toutes les crises cardiaques ne débouchent pas sur un arrêt cardiaque. Cependant, un infarctus non traité peut avoir des conséquences fatales à court ou moyen terme.

Les facteurs de risque

Inutile de rappeler les facteurs de risque : tabagie, alimentation déséquilibrée et surpoids, sédentarité, consommation de drogue, etc.

Cependant, de beaucoup de futures victimes ressentent auparavant des symptômes particuliers.

La diminution du nombre d’infarctus est possible

Une réaction immédiate avec une consultation médicale, appel du 144 pourrait diminuer fortement le nombre d’arrêts cardiaques.

Principales raisons d’une crise cardiaque

Un infarctus survient lorsque le flux de sang vers le cœur est bloqué. Le blocage peut être dû à une accumulation de graisse, de cholestérol et d’autres substances qui forment une plaque dans les artères qui alimentent le cœur (artères coronaires). La plaque finit par se détacher et former un caillot. Le flux sanguin interrompu peut endommager ou détruire une partie du muscle cardiaque. Il peut être léger ou massif et aboutir à un arrêt cardiaque. Cependant, l’arrêt cardiaque peut aussi être consécutif à un choc physique ou émotionnel, au stress intense, à une électrocution, une noyade ou une chute, ou encore un dysfonctionnement cardiaque qui se révèle à l’occasion d’un effort. C’est la raison principale des arrêts cardiaques chez les jeunes sportifs.

Les chances de survie

La détection précoce des symptômes est l’essentiel pour survivre à une crise cardiaque. En fait, la moitié des crises cardiaques se produisent en dehors d’un hôpital, c’est pourquoi vous devez être en mesure de reconnaître les symptômes. Selon les chiffres du Centre de Contrôle et de Prévention des Maladies des Etats-Unis (Centers for Disease Control and Prevention), 92% des patients ressentaient une gêne thoracique, mais seulement 27% d’entre eux ont compris qu’il s’agissait d’un symptôme de crise cardiaque et ont appelé les urgences.

Les signes les plus courants d’une crise cardiaque

Toutes les personnes souffrant de crise cardiaque ne présentent pas les mêmes symptômes ou ne présentent pas la même gravité de symptômes. Certaines personnes ont une douleur légère, d’autres ont des douleurs plus vives.  La moitié des victimes ne ressentent aucun signe particulier…Voici les symptômes les plus fréquents d’une crise cardiaque comme détaillée par l’Organisation Mondiale de Santé :

1. Palpitations :

Ce sont des signes d’un ralentissement ou d’une accélération excessifs du muscle cardiaque. En général, après une pause cardiaque transitoire, le battement qui suit est plus fort, et les patients ressentent un “coup dans la poitrine” (ils disent également que leur cœur “bat la chamade”). Mais là encore, seul un électrocardiogramme peut confirmer le diagnostic.

2. Gonflement 

Il se produit généralement au niveau des articulations notamment les jambes, les chevilles et les pieds.

3. Essoufflement et difficultés respiratoires. 

Quand les fonctions du cœur se détériorent, les poumons ne reçoivent pas l’oxygène dont ils ont besoin.

4. Vertiges. 

Si le travail du cœur est compromis, la circulation sanguine sera réduite et cela entraînera un manque d’oxygène dans le sang qui provoque des vertiges.

5. Toux constante 

Surtout quand le mucus est blanchâtre ou rosâtre, cela peut signifier une fuite de sang.

6. Fatigue récurrente. 

Lorsque les artères se ferment, le cœur commence à travailler davantage et, de cette manière, de simples tâches peuvent s’avérer difficiles et épuisantes.

7. Douleurs dans la poitrine. 

Un malaise à la poitrine signifie pincement, pression ou sensation de brûlure. Il s’agit en fait du symptôme le plus courant et peut survenir lors d’une activité physique ou au repos. Il s’agit bien de la poitrine et non du cœur, ainsi que du bras gauche, du dos ou de la mâchoire. C’est un des principaux symptômes d’infarctus. Il peut être ou non accompagné de vomissements…

Une vie saine peut prévenir la maladie et l’infarctus

Evitez le tabac!

Le tabagisme constitue un facteur de risque important associé aux crises cardiaques et aux accidents cérébraux vasculaires. Il n’est jamais trop tard pour cesser de fumer et réduire votre risque.

Bougez

  • Le cœur est un muscle qui a régulièrement besoin d’exercice pour rester en bonne santé. L’exercice physique vous aidera également à maintenir un poids santé. Marchez, courrez, dansez régulièrement

Mangez sainement

  • Une alimentation saine et équilibrée aide à maintenir un poids santé, à diminuer le taux de cholestérol et à réduire votre risque d’être atteint d’une maladie.

Luttez pour rester mince !

  • Non seulement le surpoids accroît le risque de maladies cardiaques et d’infarctus mais aussi de diabète et de certains cancers. Le risque d’être terrassé par une crise cardiaque est trois fois plus élevé chez les femmes obèses que chez celles qui ont un poids normal.

Contrôlez régulièrement votre pression artérielle

Vous pouvez prévenir la détérioration des parois de vos artères, et même ralentir leur durcissement en maintenant votre pression artérielle à un niveau souhaité. Votre pression artérielle peut être contrôlée par un médecin, un pharmacien ou même à la maison

Keep Cool !

Evitez de stresser et relativisez face à vos problèmes. Prenez le temps de vivre et de vous reposer. Le stress est un facteur d’augmentation du taux de cholestérol et de la pression artérielle. Le stress peut causer une crise cardiaque ou un accident cérébral vasculaire.

Si vous faites régulièrement du sport, n’hésitez pas à demander à votre médecin un électrocardiogramme et un test d’effort une fois par an.  

Si vous pensez subir un infarctus, n’hésitez pas à appeler le 144 ou Urgences Européennes 112.

 

Que faire en cas de symptômes d’infarctus du myocarde ?

Avant tout, il faut appeler le 144( ambulance) ou le 112.

Au téléphone, le « 144 » pose des questions pour évaluer l’état médical de la personne.

Lorsque vous êtes en communication avec le  régulateur 144

  • parlez calmement et clairement ;
  • donnez votre numéro de téléphone ;
  • donnez votre nom et celui du malade ;
  • indiquez le lieu et l’adresse exacte, ainsi que l’étage et le code d’accès éventuel ;
  • décrivez le plus précisément possible les signes qui vous ont alerté (intensité et localisation de la douleur…), l’heure de début, le mode d’installation des symptômes et leur évolution (disparition, stabilisation, aggravation) et l’état de conscience ;

ne raccrochez pas avant que votre interlocuteur ne vous le demande. Le médecin régulateur peut avoir besoin d’autres renseignements ou peut vous donner des directives, par exemple sur les gestes à pratiquer dans l’attente de l’équipe.

Cours de 6 à 8h assurés par l’Ecole de secours – BLS CPR AED du SRC – simulation sur mannequins informatisés et défibrillateurs d’entraînement .(AED)

https://ecoledesecours.ch

(0041) 79-535-13-71

Pierre De Guio

Recent Posts

Leave a Comment

Contactez-nous

N'hésitez pas à nous laisser un message!

Not readable? Change text. captcha txt
saignement-nez